Accueil > Associations et Sports > Vie Associative > Agenda > Ciné sans Frontières : Coup de Coeur

Ciné sans Frontières : Coup de Coeur

jeudi 7 septembre 2017

L’association Ciné sans frontière propose des films "Coup de Cœur" en partenariat avec le cinéma Grand Écran. Le prochain évènement est prévu pour le Mardi 19 septembre à 20h15 au Cinéma Grand Ecran de La Teste

L’Association « Ciné Sans Frontières » propose des films "Coup de Cœur" en partenariat avec le cinéma Grand Écran.

Les membres de « Ciné Sans Frontières » présentent aux scolaires et autres publics des films en Version Originale sous-titrée en Français afin de faire mieux connaître les cultures du monde.

Chaque mois à partir, des films vous sont proposés, dans les 2 cinémas GRAND ECRAN d’ Arcachon et de La Teste. Des films « Coups de Coeur » soigneusement sélectionnés pour plaire au plus grand nombre de spectateurs.

Tous les films seront proposés en Version originale / Sous titrée en français et présentés brièvement par un membre de l’association. A la demande des spectateurs, un débat pourra suivre la projection.

- Plus d’information sur l’association Ciné sans Frontières sur leur site internet : www.cinesansfrontieres.com

 

Programme Septembre 2017

 

JPEG

"KOBLIC"

- Mardi 19 septembre à 20h15 au Grand Ecran La Teste
Thriller de Sebastian Borensztein// Argentine (juillet 2017)
Durée : 1h32
Avec Ricardo Darín (Un cuento chino) et Oscar Martínez
(rediffusion le jeudi 21 Septembre 20h15 Grand Ecran Arcachon)

1977 en Argentine. Le Capitaine Tomas Koblic a déserté l’armée après avoir été contraint de participer à un des tristement célèbres « vols de la mort ». Caché dans une petite ville loin de la capitale, il va bientôt attirer l’attention de Velarde, commissaire local, aussi inquiétant que corrompu, qui n’aura de cesse de découvrir ce que fait cet habitant de Buenos Aires sur son territoire.

Un thriller historique traité comme un western et servi formidablement par deux acteurs emblématiques argentins : Ricardo Darín et Oscar Martínez.
« ce n’est pas un héros, pas même un antihéros »